local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 17 septembre 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

Après le 10 septembre 2013, communiqué de SOLIDAIRES 37

Retraites : après les manifestations et grèves du 10 septembre, nous continuons la lutte contre les contre-réformes Fillon

Saint-Avertin,
le 17 septembre 2013,

Le projet de loi du gouvernement Hollande/Ayrault entérine et poursuit les contre-réformes de 1993, 1995, 2003, 2007 et 2010. Ce que nous refusions (comme la Gauche) sous un gouvernement de Droite, il n’y aucune raison de l’accepter aujourd’hui d’un gouvernement de Gauche. L’allongement de la durée de cotisations, la décote, la désindexation vis-à-vis des salaires, … tout est maintenu. Ayrault prolonge Fillon par un nouvel allongement de la durée de cotisations et y ajoute une augmentation des cotisations payées par les salarié-es !

On vit plus vieux, on doit donc travailler plus longtemps ? Au contraire, le niveau de chômage montre qu’il faut réduire le temps de travail. Par ailleurs, les conséquences des précédentes contre-réformes se traduisent désormais par un recul de l’espérance de vie en bonne santé. La productivité des salarié-es et les profits des actionnaires ne cessent de croître. Il n’y a nul besoin de travailler plus longtemps, sauf pour remplir toujours plus les poches des patrons et des actionnaires.

Il n’y a plus d’argent pour financer nos retraites ? Il y aurait besoin de 20 milliards d’euros pour 2020 ? Mais 40 milliards d’euros ont déjà été pris dans les poches des salarié-es (en activité, au chômage ou en retraite) par l’allongement de la durée de cotisations, le recul de l’âge de la retraite, l’instauration de la décote, la désindexation des pensions par rapport aux salaires, l’augmentation du nombre d’années prises en compte pour le salaire de référence, la baisse du rendement des complémentaires.


- Il n’y a rien à négocier et la réforme proposée s’inscrit dans la droite ligne des réformes proposées par la droite, et il ne faut pas tomber dans le panneau des os à ronger donnés par le gouvernement (dont certains, pourtant grévistes aujourd’hui, semblent vouloir se satisfaire).

- Nous soutenons qu’il y a d’autres solutions que l’on refuse d’envisager : un autre partage des richesses (capital/salaires) ; une nécessaire réforme fiscale ; la question du travail…

Voir en ligne : http://solidaires37.org/spip.php++cs_INTERRO++ar...