local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 6 janvier
Format PDF Enregistrer au format PDF

Les nouvelles de la semaine du 06/01/17

Bienvenue en 2017 ! Bonne année, meilleurs vœux…et petit état des lieux du monde idyllique qui nous tend les bras pour les 360 jours et quelques qui s’offrent à nous…


Mais avant tout, cette année, la résolution majeure est la place de l’agenda. Vous retrouverez dorénavant les dates importantes ci-dessous.


Mardi 10 janvier : Réunion d’Information Syndicale 1er degré, de 17h à 20h, à l’école maternelle Marceau-Courier, à Saint-Pierre-des-Corps.


Jeudi 12 janvier : rassemblement de soutien aux résidents et salariés du foyer d’accueil Albert Thomas, à 18h, place Jean Jaurès.


Dimanche 15 janvier
 : goûter-débat, rencontre avec Nargesse Bibimoune, organisé par « D’ailleurs, nous sommes d’ici 37 », Centre social de la Rabière, Joué-lès-Tours (dnsi37.thefreecat.org)


Le foyer Albert Thomas : 36 résidents à la rue malgré la trêve hivernale.
Le 22 décembre dernier, le Tribunal de Grande Instance de Tours a décidé de la liquidation judiciaire de l’association gestionnaire de ce foyer d’accueil d’urgence. Une solution d’accueil temporaire a été proposée par les « autorités », sous la forme de la mise à disposition d’un gymnase, qui leur est inaccessible de 9h à 18h. Le « Comité citoyen de soutien aux résidents du Foyer Albert Thomas », auquel s’associe Sud Education 37, demande à la Mairie de Tours, propriétaire des lieux, d’autoriser les 36 résidents actuels à se maintenir dans les locaux du foyer, jusqu’à ce qu’une éventuelle solution alternative adaptée, durable et digne, leur soit proposée.
Un rassemblement de soutien est organisé jeudi 12 janvier, à 18h, place Jean Jaurès.
Vous trouverez également en pièce jointe de cette lettre le tract commun des organisations solidaires, ainsi qu’une pétition à faire remplir.


Non à l’état d’urgence permanent

Décrété suite aux monstrueux attentats de 2015, l’essentiel des mesures gouvernementales n’apporte aucune réponse efficace. En revanche, ces mesures portent gravement atteinte aux libertés, à la séparation des pouvoirs, et introduit insidieusement un changement de régime politique avec une forme d’état d’urgence permanent, s’alignant ainsi sur la politique menée aux États Unis après le 11 septembre.[...]
Voir sur http://www.sudeducation.org/Non-a-l...


Hier, aujourd’hui …et demain… Les lycées de ZEP sont en grève… La mobilisation est nationale.
La ministre avait annoncé son intention d’exclure les lycées de l’éducation prioritaire à partir de la rentrée 2017. Depuis plusieurs mois, la mobilisation se développe autour de l’appel “Touche pas à ma ZEP” et de ses collectifs. Elle a pris un caractère national avec le succès des grèves du 17 novembre et 29 novembre.
Alors que le système scolaire reste socialement très inégalitaire, ce gouvernement poursuit la destruction de l’éducation prioritaire, à la fois en écartant les lycées du dispositif mais aussi en réduisant les moyens dans de nombreuses écoles et collèges REP et REP+. Pour nous cela n’a rien d’une véritable réforme de l’éducation prioritaire.
Pour une vraie éducation prioritaire on peut gagner !
Une carte élargie de l’éducation prioritaire et un label sur des critères nationaux et transparents, des moyens pérennes et des droits pour tou-te-s, des postes et des seuils d’effectifs contraignants : SUD éducation renouvelle son soutien aux revendications de ce mouvement et à la décision des AG de grévistes.
SUD éducation soutient cet appel à la grève qui est couvert par un préavis national spécifique pour les personnels des lycées et des collèges qui sont ou qui revendiquent leur classement dans l’éducation prioritaire.
Maintien des lycées dans l’éducation prioritaire !
De véritables moyens pour l’ensemble de l’éducation prioritaire !

Lien du Monde du 4 janvier
http://www.lemonde.fr/education/art...

Justice et Délit de solidarité …
Le jugement en délibéré de Pierre-Alain Mannoni, universitaire, sera rendu aujourd’hui par le tribunal de Nice. Cet homme risque 5 ans de prison et 30000 Euros d’amende pour avoir « aidé des réfugiés »… Affaire à suivre…
http://solidariterefugies06.over-bl...