local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 25 novembre 2016
Format PDF Enregistrer au format PDF

Les nouvelles de la semaine du 25/11/16

Le LSUN : on pourrait croire à un anglicisme sympathique, mais non….Sinon, toujours en lutte contre les APC dans le primaire. Les luttes se ressemblent, les réformes aussi sans doute. ..

Le Livret scolaire Unique Numérique : la nouvelle usine à gaz made in MEN

Annoncé en grandes pompes par le Ministère, le nouvel outil d’évaluation, au bel acronyme de LSUN, doit être mis en place dans l’urgence, et de préférence au forceps.

Pourquoi Sud Education s ’oppose à ce nouvel outil numérique ?

  • Parce que cet outil standardisé nous mène droit vers une uniformisation des évaluations, et donc des pratiques.
  • Parce qu’il est imprécis dans les champs et les domaines et ne permet pas de donner une évaluation précise des compétences de l’élève. Pour exemple, dans le même champ à valider, on trouve « nombres et calcul  ».
  • Parce que le numérique à tout crin et les dossiers informatisés ne permettent en rien l’anonymat. C’est un fichage généralisé et perméable entre académies et écoles. De plus aucun garde-fou contre les dérives de tel système général d’information : rappelons nous les dangers de base élèves dans une situation où la « chasse » aux irréguliers est de mise.
  • Parce que ce nouvel outil, qui vient en plus de ceux existant déjà (et non en remplacement) va générer une augmentation du temps de travail, qui sera encore une fois absolument pas prise en compte. On le voit d’ailleurs à l’heure actuelle dans le second degré où en ce moment les enseignants remplissent les bulletins des premiers conseils de classe sur les ENT, et s’arrachent déjà les cheveux…
  • Parce que le LSUN n’est pas un outil de bilan qui ferait état des progrès et évolutions des élèves mais une « attestation » de mise en conformité des enseignant-e-s avec les programmes et les injonctions institutionnelles. Des artifices pour faire accroire en cochant des cases que l’école remplit bien sa mission.
  • Parce que ce nouvel outil numérique participe de fait à l’agrandissement de la fracture numérique, et par extension amplifie les inégalités sociales.
  • Parce que cet outil est un véritable « casier scolaire » qui se situe dans la droite ligne de la marchandisation de l’école. Le LSUN permet de formater les élèves selon des critères d’employabilité et de traçabilité définis par le patronat. Pour ceux qui auraient encore des doutes sur les liens entre école et marché, entre savoirs et capitalisme, un petit tour sur ce lien.

[http://www.sudeducation.org/Nico-Hirtt-sur-La-marchandisation.html->http://www.sudeducation.org/Nico-Hirtt-sur-La-marchandisation.html]

Contre les APC : la lutte continue.

 Les Activités Pédagogiques Complémentaires