local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 10 mars 2016
Format PDF Enregistrer au format PDF

Le Panneau Syndical SUD éducation #025 • 10 Mars 2016

Le Panneau Syndical SUD éducation est destiné à être imprimé au format A3 pour affichage dans les salles des personnels. Il peut également être reproduit au format A4 sous forme de tract.

Au sommaire :
- 9 MARS 2016 • Début d’une lutte prolongée

9 MARS 2016 • Début d’une lutte prolongée

Le 9 mars, un grand mouvement social est né. Avec plus de 200 rassemblements et manifestations, nous étions des centaines de milliers dans la rue. Après le succès inédit de la pétition, l’engouement pour cette initiative engagée en dehors des canaux traditionnels de mobilisation témoigne d’une mise en mouvement de la société, en premier lieu des travailleurs/euses en formation à qui le capitalisme promet aujourd’hui un avenir fait de toujours plus de précarité.

Poursuivons la lutte sans attendre ! Il s’agit maintenant de développer un vaste mouvement interprofessionnel, intergénérationnel, durable. L’intersyndicale nationale CGT/FO/FSU/SUD-Solidaires/UNEF/UNL/FIDL prévoit une journée de grève et de manifestation le 31 mars pour le retrait de la loi travail. S’il s’agira d’un moment important de mobilisation, il faut d’ici-là multiplier les initiatives pour aller vers une mobilisation continue. Pas question de retomber dans une mobilisation saute-mouton avec des journées isolées.

Pas question de diviser nos luttes et nos revendications, avec une journée contre la loi travail, une journée pour la hausse des salaires de la fonction publique, etc. Les politiques des classes dominantes sont sinistrement cohérentes ; unissons nos forces, unifions nos luttes. Pour construire le rapport de force, il faudra l’engagement de chacun-e. Il n’y a pas de procuration possible, ni à la jeunesse, ni au secteur privé. Les attaques contre le code du travail nous concernent tou-te-s, toute régression pour des salarié-e-s finit par se répercuter sur tou-te-s, y compris les fonctionnaires. L’unité des intérêts d