local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Par : D.R.
Publié : 4 mars 2016
Format PDF Enregistrer au format PDF

Le vers est dans le fruit

Le vers est dans le fruit

* Merdef, mon Amour. Le baisé qui tue.

De notre envoyé spécial, le Professeur Mottro. — Ces jours-ci la communauté scolaire des professeurs de LP d’Indre et Loire, a reçu un mail de la Secrétaire du MEDEF Touraine qui invite les professeurs à venir en stage dans les entreprises. Elle y affirme, notamment, que professeurs et patrons ont les mêmes objectifs auprès des jeunes  !

Jadis, quand un professeur de l’enseignement professionnel rendait visite à un élève en stage en entreprise , il était davantage perçu comme un empêcheur de tourner en rond que comme un collaborateur ayant les mêmes objectifs que le patron.

A présent, comme le change Boris Vian dans « la complainte du progrès », ce n’est plus pareil, ça change, ça change !... Nos élus politiques, nos gouvernants, à commencer par le premier d’entre eux, donnent l’exemple : « moi, j’aime l’entreprise » dit-il en août 2014 à l’université d’été du MEDEF . Il aurait pu dire : « moi, j’estime/je respecte l’entreprise » mais non ! Il lui a déclaré son amour. Amour à sens unique quand on voit, en 2016, les résultats du « pacte de responsabilité » ! Premier paradoxe donc !

Deuxième paradoxe maintenant , et non des moindres : jamais il ne s’est autant agi de
parler le « langage-éco » qu’à l’heure des crises économiques en Europe et dans le monde. « Un bon professeur doit bien gérer sa classe, soigner le capital relationnel avec ses élèves, veiller à un déficit d’image éventuel, et surtout : s’investir dans sont établissement pour être plus performant. !

L’école participe « naturellement » de ce « langage-eco », en particulier dans l’enseignement professionnel où les professeurs sont confrontés au désir des élèves d’entrer le plus vite possible dans le monde du travail tandis que , 3ème paradoxe, il est saturé de demandeurs d’emplois, de stagiaires, de contrats précaires..
Jadis, les professeurs pouvaient faire patienter les élèves, leur transmettre quelques connaissances, éveiller leur esprit critique, ne pas seulement former un ouvrier ou un employé utile (pour ne pas dire servile) au patron : le Bac pro est passé de 4 à 3 ans depuis 2005 , il s’est aligné sur le Bac général.
A présent, ce n’est plus pareil,
l’école sert l’entreprise quand elle-même ne tend pas à en devenir une. Il suffit d’entendre un professeur de vente dire : « moi, j’obéis au proviseur car c’est mon patron » un peu comme aux Galeries Lafayette !

Pourquoi donc s’étonner puisque la France est devenue une Entreprise dont le Président est le premier représentant de commerce.


* Leçon de vocabulaire (et d’outrage)...

Alors qu’un retraité de 69 ans, militant de la CGT, a été mis en garde à vue pendant 19 heures et vient d’être condamné à 250 € d’amende pour outrage envers le premier Ministre après avoir dit "« Valls je t’emmerde » dans une manifestation, source , un éleveur qui vient d’enrichir les outrages à premier ministre ne sera quant à lui pas poursuivi :
il a en effet lancé à Manuel Valls : « Va te cacher. T’as rien compris petit zizi »
source

Et la lutte contre le laxisme judiciaire, alors ?
Tout fout le camp !


* « Labsentéisme" des profs et nouvelle offensive médiatique pour vanter le modèle des écoles cathos.

Auto-remplacement en cas de maladie ou d’opération, recrutement de remplaçants en dehors des procédures et des règles administratives, recours à des contrats de droit privé...

Un avant-goût de « l’autonomie » des établissements scolaires prônée par certains ?

source : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/03/03/01016-20160303ARTFIG00008-remplacement-des-professeurs-absents-l-enseignement-prive-plus-efficace.php

Extrait :

« les académies sont d’accord pour souligner « l’efficacité des stratégies » mises en place chez les catholiques. Les professeurs y effectuent plus facilement des heures supplémentaires pour remplacer un collègue absent à la demande de leur chef d’établissement.
Lorsque les absences sont prévisibles (formation, opération médicale), ils sont aussi plus nombreux à effectuer un auto-remplacement avec échange d’heures de cours avec d’autres enseignants. Quant aux chefs d’établissements, ils n’hésitent pas malgré les critiques de la hiérarchie des rectorats à puiser directement dans le vivier d’étudiants mis en place par les diocèses sans avoir rempli préalablement toutes leurs obligations d’autorisations administratives. Le recours à des parents d’élèves ou salariés de droit privé de l’établissement est également une réalité mais dans ce cas, « il s’agit essentiellement de surveillance, l’enseignant absent ayant généralement prévu (...) des devoirs sur table à faire », expliquait l’inspection. Une part non négligeable de l’absence des enseignants ne fait même pas l’objet d’une information de l’administration parce qu’une solution a été trouvée en interne... »


Et tout cela en toute quiétude bien sûr !


* Sous couvert de "formations de niveau universitaire", l’extrême droite crée des associations pompes à fric (public)

Un des derniers exemples en date, la toute jeune association "Formation polis".

Liée à l’extrême droite catho intégriste
et ayant la même adresse que le journal L’Homme Nouveau, cette association récemment créée annonce ainsi qu’elle propose des stages de "formation de niveau universitaire" source

La déclaration d’une association "à but non lucratif" devrait donc permettre à la dite association de recevoir des dons défiscalisés... pour faire réfléchir "les étudiants et jeunes professionnels", nous dit-elle, au caractère "intrinsèquement mauvais" de la démocratie" et leur "fournir un mode d’emploi d’une dissidence adaptée à notre époque". source

Pour le mode d’emploi fiscal, en effet...
La république est vraiment bonne fille avec ses intégristes cathos !


*Progrès / Enfin une grande avancée en matière de pensée religieuse

Les ouailles de l’Église du grand Spaghetti Volant et les adorateurs d’une Nouille qui ne doit pas trop cuire pour sauver l’humanité vont enfin pouvoir célébrer officiellement et dignement des mariages religieux (en Nouvelle-Zélande)

http://www.lamontagne.fr/france-monde/actualites/societe/insolite/2016/03/01/eglise-du-monstre-de-spaghettis-volant-la-nouvelle-zelande-a-son-premier-pasteur_11804559.html

*Logique libérale et possibilités de reconversion dans l’Educ Nat : les métiers d’avenir

L’Educ Nat mène à tout (à condition d’en sortir). Et puisqu’on veut produire des cerveaux comme on produit des nouilles, pourquoi ne pas produire des nouilles directement ?

C’est ce qu’a pensé Stéphanie Richard, une professeur de français qui s’est lancée dans la production de pâtes aux insectes (grillons et criquets) et en produit d’ores et déjà 4oo kg par semaine à 6 € le sachet de 250 g, comme le relate l’Est éclair.

Mais pour ceux qui préfèrent les vers de farine et souhaitent se lancer dans leur propre production simplement pour arrondir un peu leurs fins de mois compte tenu de la médiocrité des salaires dans l’Educ Nat, voir cet autre article :


"Les vers de farine c’est bon, surtout quand c’est fait maison" source

 

Voir en ligne : http://www.le-mammouth-dechaine.fr/...