local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 27 janvier 2016
Format PDF Enregistrer au format PDF

Un millier dans la rue contre l’austérité

Voir ci dessous l’aricle de "La Nouvelle République" du 27 janvier 2016 et les reportage de TV Tours et France 3.

" A l’appel de la CGT, FO, Sud Solidaires et la FSU, un millier d’enseignants et de fonctionnaires ont manifesté hier à Tours, pour la défense de leur pouvoir d’achat et des services publics.

Question récurrente à chaque manifestation : combien ? Un millier selon la police, un peu plus selon les syndicats, comme d’habitude… Pas une grosse manif’, mais une participation correcte, sans plus. Sans plus car les sujets de mécontentement étaient presque aussi nombreux que les manifestants…

En premier lieu, le pouvoir d’achat des fonctionnaires. « Le point d’indice est bloqué depuis 2010 et nous avons calculé que cela avait fait perdre 10 % de pouvoir d’achat aux fonctionnaires », estime Stéphane Deplobin, secrétaire départemental de la CGT. Paul Agard (Snu-IPP) est même plus précis : « Selon nos calculs, un professeur des écoles en milieu de carrière a perdu 196 € par mois, ce qui se traduira par une retraite amputée de 40 € ! »

Contre la réforme des collèges

Même discours du côté de Sud Solidaires et de FO : « Il va y avoir des négociations salariales, mais il ne faut pas en attendre grand-chose : il n’y a pas de ligne budgétaire », regrette Yvan Moquette (FO). « Nous protestons aussi contre la prolongation de l’état d’urgence et contre la pénalisation de l’action syndicale comme on l’a vu à travers les affaires Goodyear et Air France. »

Mais la principale revendication portait sur la réforme des collèges : environ 300 enseignants avaient gonflé les rangs de la manifestation. Ils ouvraient le cortège, juste après la banderole unitaire « Non à la déréglementation et à la précarité, oui au progrès social », portant les logos de la CGT, de FO, de SUD Solidaires et de la FSU. « Rien n’a bougé du côté du ministère depuis que nous avons commencé à manifester contre cette réforme », confie Philippe Baretto de Souza, secrétaire départemental du Snes (syndicat d’enseignants du secondaire). « A la base, on commence à voir concrètement les dégâts avec les dotations horaires globales pour la rentrée prochaine. On voit que l’enseignement de l’allemand est clairement sacrifié… Par exemple, au collège Georges-Besse de Loches où j’enseigne, on va passer de 18 heures d’allemand à 11 heures ! »

Tout ça fait que le métier d’enseignant n’attire plus les jeunes : l’académie devrait avoir un déficit de 80 professeurs d’espagnol… « Le ministère est obligé de faire de la publicité à la télé pour attirer des candidats au concours, constate Philippe Baretto de Souza. Ce n’est pas bon pour le niveau de recrutement… »

On devrait donc revoir bientôt les professeurs dans les rues.

François Bluteau

TV TOURS - Enfin une chaîne qui vous ressemble ! - par siksatnam

Voir en ligne : http://solidaires37.org/spip.php++cs_INTERRO++ar...