local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 27 novembre 2015
Format PDF Enregistrer au format PDF

La réforme du collège : une contre réforme

La réforme du collège : une contre réforme

L’intersyndicale 37 ( CGT, FO, SNES et SUD Education ) rappelle son opposition à la réforme du collège.

Cette réforme qui pourrait, à première vue, paraître « séduisante » ne peut se traduire que par une dégradation de la qualité de l’enseignement que nous dispensons et de nos conditions de travail.

Ainsi, cette réforme amène les questions suivantes :

① EPI = perte d’heures disciplinaires ?

Les horaires dédiés aux enseignements de pratique interdisciplinaire (EPI) seront déduits des horaires disciplinaires et représenteront 20% de la DHG

 Un écran de fumée pédagogique

  • Les thématiques très généralistes des EPI, afin d’être assurées par toutes les disciplines, ne sont adossées que partiellement aux programmes.
  • Les séances se dérouleront en classe entière et l’intervention conjointe des enseignants sera quasi-inexistante du fait de la faiblesse de la DHG supplémentaire prévue à cet effet.
  • Aucun temps de concertation prévu pour l’organisation et le suivi de ces enseignements interdisciplinaires (cf décret Hamon)

 Disciplines au rabais

  • Pertes dheures disciplinaires avec la mise en place des EPI. Traiter la totalité du programme deviendra illusoire même à l’échelle d’un cycle !
  • Les langues anciennes et régionales sacrifiées sur l’autel de la concurrence. Ces disciplines prévues dans le cadre d’une « DHG supplémentaire » seront en concurrence avec les groupes et les enseignements conjoints.
  • Disparition des programmes par niveau au profit de programme par cycle. Avec des modulations d’heures disciplinaires différentes d’un établissement à l’autre, qu’adviendra-t-il d’un élève qui changera d’établissement au cours d’un cycle ? Quelle sera la forme des supports pédagogiques ? Manuels par cycle de 500 pages, tablettes numériques, aucun support…

② Autonomie = meilleure gestion de la pénurie ?

  • Autonomie du chef d’établissement qui pourra via le Conseil d’Administration et le Conseil Pédagogique prélever des moyens sur les heures disciplinaires pour mettre en place les EPI.
  • Modulation des heures disciplinaires sur un cycle qui permettra de gérer à court terme et localement la pénurie de moyens et de personnels. Pallier le manque d’enseignants dans une discipline pourra se faire simplement par la mise en place d’EPI (faisant intervenir d’autres disciplines) ou par la globalisation et la semestrialisation d’heures disciplinaires (Science, Arts)
  • DHG supplémentaire accordée à raison de 3 heures /division (à partir de 2017) pour mettre en place des groupes, des enseignements conjoints en AP (Accompagnement Personnalisé), en EPI et les langues anciennes et régionales. Face à cette faiblesse de moyens, les groupes et les enseignements conjoints ont peu de chance de voir le jour !
  • Syndrome de la réunionite : c’est à l’établissement que va incomber l’organisation des cycles avec la multiplication de réunions de cycles, de disciplines… Ces réunions font partie de nos « missions liées » prévues par le décret Hamon et se dérouleront par conséquent en dehors de notre temps de service !
  • Multiplication des hiérarchies intermédiaires, coordonnateurs de cycles, de disciplines…, désignées par le chef d’établissement, placées sous sa responsabilité… et récompensées par des indemnités (IMP) en bonne partie à sa discrétion après avis purement consultatif du Conseil d’Administration.

③ Une réforme sans moyens ? Pseudo-formation et précarisation

  • Multiplication des postes partagés : la perte d’heures disciplinaires, la mise en place de périodes semestrialisées et de volumes horaires variables au sein d’un cycle se traduiront par une multiplication des postes partagés et une souffrance au travail accrue pour tous.
  • Des formations imposées et dont nous ne voulons pas. Certaines académies n’ont pas hésité à tenter de les imposer durant les vacances de la Toussaint

 

 Nous appelons les collègues à se réunir en assemblées générales, en heures dinformations syndicales, à sadresser aux parents, à en débattre, à se mobiliser ensemble et à envisager toutes les actions possibles.

Nous vous invitons à rejoindre la mobilisation pour obtenir le retrait de cette réforme et concevoir une vraie réforme qui soit bénéfique à tous. 

 

Documents joints