local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 23 décembre 2009
Format PDF Enregistrer au format PDF

Motion d’orientation 2009.

Votée au congrès de SOLIDAIRES 37 (les 10 et 11 décembre 2009) par 96,70 % des mandats et la totalité des syndicats présents.


La crise, les mobilisations, les directions syndicales, les journées d’action, l’intersyndicale et nous…

Un contexte politique et social marqué par la crise économique.

1. L’élément dominant de la situation nationale et internationale est bien sûr l’irruption de la crise, d’abord
financière, puis économique. Ses causes sont au coeur du capitalisme.

2. C’est la même mécanique que nous trouvons au centre de toutes les crises de ce système : un engrenage où
chaque décideur et acteur économique réagit et prend des décisions en fonction de ses propres intérêts privés,
compromettant encore plus un équilibre général, qui ne pourrait résulter que d’une coopération universelle ayant le
souci de la collectivité, de l’intérêt de la majorité de la population, les travailleurs-euses. Derrière chaque crise se
cache le système qui la produit : le capitalisme.

3. Contrairement à tous ceux qui dénoncent aujourd’hui le « mauvais capitalisme bancaire » pour mieux célébrer le
« bon capitalisme d’entreprise », pour nous les deux sont inséparables. Il n’y a pas un bon et un mauvais
capitalisme. Le seul but du capitalisme, quel que soit le qualificatif qu’on lui accole, est depuis toujours la
production de profit maximum, au bénéfice du patronat, de la bourgeoisie et des actionnaires, indépendamment de
la satisfaction des réels besoins des populations.

4. Paradoxalement, cette crise nous met en meilleure position pour dénoncer ce système. Elle est la
démonstration concrète de l’incapacité du capitalisme à réguler l’économie dans les intérêts de l’immense majorité
de la population, les travailleurs. Elle conforte nos critiques et les revendications que nous portons, pour en finir
avec cette logique spéculative, constamment tournée vers le profit à court terme au bénéfice de quelques uns. Elle
renforce notre syndicalisme de transformat