local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 16 novembre 2015
Format PDF Enregistrer au format PDF

Discours de Nico Hirtt à l’occasion des 20 ans de l’Aped

Lors de la soirée de clôture des « Huit heures pour l’école démocratique » ce samedi 14 novembre, Nico Hirtt a tenu un discours, à l’occasion des 20 ans de notre association.

Bonjour à toutes, bonjour à tous,

Je ne sais plus si c’est dans la bouche de Roméo ou de Juliette que William Shakespeare a mis ces paroles :

« What’s in a name ? That which we call a rose,
by any other name would smell as sweet »

Nous aurions pourtant difficilement pu, il y a vingt ans, être plus maladroits dans le choix du nom de notre organisation.

Déjà, l’acronyme « Aped » en français, prononcé à la belge avec son "d" final qui sonne comme un "t", n’est pas très ragoutant. Comment voulez vous que vos enfants vous prennent au sérieux quand vous leur annoncez : « ce soir je vais à l’Aped ». Et ce n’est pas beaucoup mieux en Flamand. « O-V-D-S », ici pas d’acronyme douteux, mais bon, ce n’est pour autant un sommet de lyrisme poétique : « O-V-D-S ». On dirait plutôt une rafale de mitrailleuse…

Donc, quand on se présente, on évite cette malheureuse syllabe finale en français ou ce borborygme postillonnant en néérlandais et on dit : « Bonjour, j’appartiens à une organisation belge qui se nomme l’Appel pour une école démocratique ». Là, à la télé vous avez déjà atteint 40% de votre temps de parole et Nathalie Maleux commence à se trémousser d’impatience en jetant des yeux craintifs sur l’audimat.

Pourtant, vos ennuis ne font que commencer. Pour peu que votre interlocuteur soit un peu attentif, il vous demandera : "Appel ?" Pourquoi "Appel ?". Pourquoi pas "Association pour une école démocratique ?" ou "Alliance pour l’école démocratique" ou encore "Ligue belge pour l’école démocratique", "Mouvement populaire pour l’école démocratique", "Branche politique du front révolutionnaire pour l’école démocratique"... Voilà des noms qui ont de l’allure. Alors pourquoi avoir choisi "Appel" ?. Et vous voilà partis dans l’explication historique que vous connaissez tous. Vous la connaissez tous ? Non ? Bon, il y a vingt ans, des professeurs francophones manifestaient à Bruxelles — ou était-ce à Namur ? — contre Laurette, enfin contre les suppressions d’emplois décidées par Mme Onkelinckx. Au coin d’un carrefour ils tombent sur une poignée de professeurs flamands : "Vlaamse leerkrachten solidair". Après de longs applaudissements, embrassades, larmes de joie on se retrouve, une dizaine de francophones et autant de Flamands, autour d’une bière, à rédiger un texte réclamant un meilleur financement de l’enseignement au Nord et au Sud du pays. Texte intitulé : « Appel pour une école démocratique », qui sera publié conjointement dans Le Soir et dans De Standaard.

Ça, c’est notre Gilgamesh, notre Iliade et notre Odyssée, notre Guillaume Tell, notre Longue Marche, bref notre mythe fondateur, cette histoire que l’on raconte mais dont personne ne sait plus au juste ce qu’elle contient de vérité et d’imaginaire.

Après ce détour, vous espérez pouvoir passer aux discussions sérieuses sur l’école, la pédagogie, le quasi-marché scolaire, le nécessaire refinancement de l’enseignement, la ségrégation sociale l’approche par compétences,… mais votre interlocuteur ne lâche pas le morceau. Le voilà avec une nouvelle question : "et pourquoi école démocratique ?" Pourquoi pas l’école émancipatrice ? Ou l’école équitable ? Ou l’école excellente ? Efficiente ?

Comme vous avez bien appris votre leçon, vous vous lancez dans une nouvelle explication :

Tout d’abord, l’Ecole démocratique ne doit pas s’entendre seulement comme « école équitable » ou « qui assure des chances égales ». D’ailleurs, nous ne croyons pas beaucoup à cette idée de chances égales. Parce que même si l’école devait parvenir à assurer un accès égal aux savoirs et aux diplômes, quelle que soit l’origine sociale des élèves, cela ne suffirait pas à leur donner des chances égales. Parce que dans la compétition sociale, le compte en banque des parents importe davantage que le mérite scolaire. Mais bon, c’est vrai que nous sommes pour une école structurée et fonctionnant de telle sorte que cette reproduction inte