local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 16 septembre 2015
Format PDF Enregistrer au format PDF

CR - HIS Lamartine / Réforme du CLG...

CR - HEURE D’INFORMATION SYNDICALE
DU CLG LAMARTINE (15-09-2015)

Certains collègues ne pouvant être présents à l’ heure syndicale organisée mardi 15, ont demandé un compte-rendu : le voilà ! De plus, ce petit rappel des nouveautés mises en place dès cette rentrée ou bien la rentrée prochaine, peuvent intéresser l’ ensemble des collègues ! C’ est un peu long mais la discussion a été riche.

● Les nombreux problèmes posés par cette réforme du collège (qui ne saurait prétendre résoudre les inégalités alors qu’elle a, avant toute chose, l’avantage certain de faire économiser des heures et des postes) ont été rappelés rapidement :

- un service annuel de 1607h depuis le décret Hamon : les heures devant élèves+ missions variées. Examens blanc, surveillances, HIDA, journées portes ouvertes, voire formations peuvent être rendues obligatoires et non rémunérées : désormais l’enseignant n’a plus pour seule mission de préparer/assurer ses cours. Un chef d’établissement pourra par exemple décider, si tel est son bon vouloir, d’imposer des rencontres hebdomadaires avec les parents, sur tel ou tel créneau, dès lors que cela rentre dans le cadre des 1607h.
De façon générale, on est en droit de craindre une prolifération des réunions, (notamment pour la mise en place des EPI, des AP, de l’ EMC, du parcours Avenir, du parcours artistique et culturel, de la répartition horaire par cycles...), qui nuira à la bonne préparation de nos cours et à l’investissement de chacun dans l’établissement.

- Les Enseignements Pratiques Interdisciplinaires, (les fameux EPI) concentrent à eux seuls de nombreux problèmes. 8 pôles sont proposés, et de nombreuses heures disciplines sont retirées à chaque établissement pour pouvoir assurer ces EPI (en moyenne sur 4 ans de collège un élève perd 400h disciplinaires, alors que le ministère affirme vouloir renforcer les fondamentaux)

 > Quid des disciplines sacrifiées ? La guerre est déclarée, car il faudra faire des choix ; lors des conseils pédagogiques. Ambiance assurée !
 > N’importe qui peut intervenir dans ces EPI, pour faire à peu près n’importe quoi : à la rigueur le latin pourra être enseigné par un prof de sciences, ou la techno par un prof d’arabe, rien ne l’interdit. Il est certain que les enseignants qui « animeront » les EPI seront choisis en fonction des heures qui leur manquent et non des projets.
 > De façon générale, l’idée est celle de la POLYVALENCE : à terme, un enseignant de collège pourra peut-être, ô grand rêve du rectorat, enseigner en primaire, (cf cycle CM2-6ème) et vice versa. Il faut réduire les coûts et pour cela, tous les coups sont permis ! Le ministère déplore la tradition disciplinaire dans le second degré : espérons que vous ne tenez pas trop à vos matières !

Les TZR risquent de voir du pays, les contractuels, vacataires et autres personnels peu et/ou mal formés vont former le gros des bataillons quand les TZR tomberont. Quant à ceux qui sont en poste fixe, qu’ils se méfient de se voir imposer, pour des raisons de service, d’enseigner à cheval sur deux-trois établissements : un peu de SVT par ici, un peu de techno par là, un peu de physique-chimie par là bas et tous les trous sont bouchés !
Merveille de la polyvalence !

- Les IMP perçues cette année (coordo matières, info) devront servir, l’an prochain, à rémunérer des coordo de cycle et de niveau ; un nouveau métier émerge, un nouveau grade, et il faudra, dans une belle concorde, s’accorder tous ensemble sur, par exemple, le nb d’heures de français à donner en 4è : 6h par semaine pdt un semestre, plus rien pdt un semestre ?

-L’idée c’est, de façon générale, que chaque collège fasse sa petite cuisine, pour que chaque pion soit le plus et le mieux utilisé possible !

- Rappelons ici que le problème n’est pas LOCAL mais bien NATIONAL : il ne s’agit pas de se réfugier derrière l’idée que notre chef ne ferait jamais ceci ou cela d’une part, parce que les chefs ont des directives qu’ils sont obligés de faire appliquer même s’ils ne sont pas d’ accord. Ces directives ne vont pas forcément dans le sens de l’intérêt des élèves, et encore moins dans celui des personnels ! (logique comptable oblige). D’autre part, parce que désormais, personne n’est à l’abri, vu la façon dont les choses se profilent, d’enseigner sur plusieurs établissements. Donc oui, on peut toujours "bidouiller" pour que les choses ne changent pas trop à Lamartine, mais pour combien de temps ? Sans compter qu’il faudrait a minima tomber d’accord sur un certain nombre de choses, dont la dotation disciplinaire, désormais variable avec les EPI, les AP etc... au jeu de la semestrialisation et des cycles.

● Quelques actions ont été envisagées pour réagir à ce qui nous est imposé, assez rapidement, même s’il faut reconnaître que l’élément déclencheur de la mobilisation sera sans doute la réception de la DHG, qui devrait logiquement susciter des réactions assez vives. Mais il est bon de prendre un peu d’avance si nous souhaitons agir en nombre.

- La première chose à faire, pour montrer notre désaccord, c’est de se mettre en grève ce jeudi 17 septembre.
Les enjeux sont, vous l’avez vu, colossaux. Vous n’enseignerez plus comme avant, et ce qui aurait pu être une réforme exaltante, n’est rien d’autre qu’une machine à faire des économies, et à faire d’enseignants pourtant motivés, des pions du système. Interchangeables. C’est parce que nous avons conscience de notre valeur, parce que nous aimons notre métier, que nous le défendons.

- C’est pour cette raison qu’il faut également chercher à informer les parents. Nous proposons d’ envoyer aux représentants des parents d’ élèves le document qui est joint afin qu’ils le diffusent comme en mai dernier. (à nous de joindre à ce mail la lettre aux parents)

- Voir par ailleurs comment réagir aux formations qui vont nous être imposées.

NB : les journées de formation pour nous préparer à cette réforme que nous avons majoritairement refusée devront être effectuées, comble de l’ironie, en dehors des heures de cours (et elles sont bien entendu obligatoires, vous vous souvenez, vous êtes un enseignant à 1607h : à vos calculettes !)

- D’autres heures d’information seront dispensées pour tous ceux qui souhaitent mieux comprendre cette réforme, qu’il est difficile de suivre sans plonger dans les textes : que ceux qui sont intéressés indiquent par retour de mail le jour qui convient le mieux, l’ heure de 11 à 12 étant la plus adéquate. Nous tenterons ainsi de trouver le créneau qui convient le mieux.

Bonne fin de journée à tous