local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 6 juillet 2015
Format PDF Enregistrer au format PDF

Le MANAGEMENT PATHOGÈNE

source : http://www.souffrance-et-travail.co...

Les Techniques de Management Pathogènes

 

 

 

Il faut d’abord savoir que le juriste rattache les techniques de management pathogènes à la violation d’une règle de droit :

- Le détournement du lien de subordination : incivilités à caractère vexatoire, refus de dialoguer, remarques insidieuses ou injurieuses, mots blessants, dénigrement et volonté de ridiculiser, moqueries.

- Le détournement des règles disciplinaires : sanctions injustifiées basées sur des faits inexistants ou véniels ; atteinte aux avancements de grade et d’échelon, aux demandes de formation professionnelle ; évaluation et notation abusives.

- Le détournement du pouvoir de direction : isoler, ne pas donner de travail, fixer des objectifs irréalisables, confier du travail inutile, changer arbitrairement d’affectation.

- Le détournement du pouvoir d’organisation : modifier arbitrairement les conditions de travail ou les attributions essentielles du poste de travail.

Recenser les pratiques de management pathogènes est donc indispensable. Elles recoupent les règles de droit. La liste qui suit doit aider le manager, le salarié, son médecin du travail, son médecin généraliste, son psychiatre, à analyser les conditions de travail dans lesquelles il semble perdre sa santé.

 

Liste des techniques de management pathogènes

 

1. Surutilisation du lien de subordination

Les pratiques relationnelles vont chercher à asseoir la relation de subordination comme une relation de pouvoir :

- tutoyer sans réciprocité ;

- enjoindre de tutoyer et d’embrasser ;

- instaurer une asymétrie hiérarchique à visée d’humiliation ;

- couper la parole systématiquement ;

- utiliser un niveau verbal élevé et menaçant ;

- faire disparaître les savoir-faire sociaux (ne pas dire bonjour, ni au revoir, ni merci) ;

- critiquer systématiquement le physique du salarié en privé ou en public ;

- utiliser en public des injures sexistes, racistes, des mises en cause professionnelles face aux collègues ou au public (clientèle) ;

- cesser toute communication verbale (utilisation exclusive de post-it, notes de service, courriels) ;

- ne plus regarder dans les yeux, regarder avec mépris ;

- utiliser l’entretien d’évaluation à visée de déstabilisation émotionnelle.

Les pratiques d’isolement vont elles aussi utiliser la relation pour séparer un salarié de son collectif de travail ou une partie du collectif de l’autre clan. La mise au ban, l’isolement, la solitude génèrent des états de détresse psychique majeurs :

- changements d’horaires de repas pour séparer des collègues habituels ;

- omission d’information sur les réunions ;

- omission d’invitation aux réunions concernant le salarié ;

- injonction faite aux autres salariés de ne plus communiquer avec la personne désig