local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Par : D.R.
Publié : 14 juin 2015
Format PDF Enregistrer au format PDF

Ordres et désordres (pédagogiques)

* Epidémie de militaires dans les écoles…

Non seulement l’armée devient le premier recruteur, mais en plus la voilà qu’elle fait de plus en plus son entrée dans les écoles.
A quand des EPI « défense et grandeur nationale » ?
-Ainsi, au lycée Edgar-Faure de Morteau la gendarmerie intervient pour rétablir l’ordre… à la demande de la direction de l’établissement qui ne croit pas au père Noël et a du mal a gérer une situation de non crise.
En effet, celle-ci a soupçonné que une horde de pères Noël venus distribuer des bonbons un 6 juin en pleine canicule était en réalité formée de faux pères Noël mettant l’institution en grave danger.

Heureusement les gendarmes, qui sont perspicaces, ont évité que la situation ne dégénère et le calme a pu être rétabli : la distribution de bonbecs s’est terminée à l’extérieur du lycée. source
- A Chinon, les expériences pédagogiques prennent comme modèle le 2e régiment de dragons !
Selon la NRCO : Une quarantaine de lycéens de seconde ont partagé le quotidien des militaires de Fontevraud pour une journée consacrée à la pratique sportive et à la découverte du monde militaire.
Les jeunes Chinonais ont ainsi pu s’initier à plusieurs activités  : méthode naturelle (sport effectué sans matériel mais en utilisant les spécificités du terrain environnant), escalade, course d’orientation, stand armement… Une liste non exhaustive ponctuée par une visite de la salle d’honneur et une découverte de l’historique du régiment de cavalerie le plus ancien de France.
Une rencontre qui
s’inscrit dans le cadre du lien armée – nation pensé afin de « renforcer les relations entre les jeunes du territoire et le 2e régiment de dragons », explique le sous-lieutenant Roy.
Ah, le terrorisme…
Bon en ce qui concerne l’enseignement du chant, il y a encore a faire :