local : MAISON DES SYNDICATS
18 rue de l'Oiselet   -   La Camusière
37550    Saint Avertin
local :  02.47.85.11.15
portable : 07 81 55 42 14

 courriel : sudeduc37@gmail.com

Publié : 9 juillet 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

Le cinéma de Tours-Nord s’invite dans les débats

Voir ci-dessous l’article de la "Nouvelle république" du 9 juillet 2013.

Le projet de cinéma sur Tours-Nord a été évoqué hier au conseil. Jean Germain reste décidé à voir aboutir le dossier, en jouant l’ouverture avec les Studio. A l’heure où s’ouvrait le conseil municipal, hier après-midi, sur le coup de 17 h, une trentaine de membres et sympathisants du Collectif de soutien aux cinémas indépendants se sont regroupés dans la cour de la mairie, avec à leur tête, Philippe Perol, le président des Studio, et Michel Schotte, le président de Ciné Off. Objectif : déposer la pétition de soutien aux Studio, signée par 15.000 personnes, et tenter de convaincre les élus de renoncer au projet de création du multiplexe de 9 salles (1.970 fauteuils) que le groupe savoyard Davoine souhaite exploiter sur l’ancien site Metro, rue du Colombier, à Tours-Nord.

Le maire milite pour une " cohabitation "

L’adjointe à la culture, Colette Girard, et trois conseillers municipaux de la majorité (Monique Chevet, Claude Bourdin et Roselyne Verneau-Texier) sont allés à leur rencontre et ont récupéré les pétitions. Les membres du collectif sont finalement restés dans la cour… mais le dossier n’en a pas moins rebondi dans la salle du conseil municipal. Sophie Auconie a en effet saisi l’opportunité d’une délibération sur les tarifs de la cinémathèque pour déborder du sujet et interpeller le maire sur le cinéma de Tours-Nord : « Quelle est votre position à ce sujet ? »

Jean Germain a rappelé qu’il s’agissait d’un engagement de campagne et qu’il serait « dommageable pour la population de ce secteur de la ville (40.000 habitants) d’y renoncer ». L’élu a estimé avoir fait le nécessaire pour rassurer les Studio et indiqué que le groupe savoyard se montrait ouvert à une coopération avec le cinéma associatif « qui a donné, pour l’instant, une réponse négative ». Pour Jean Germain, l’implantation d’une ou deux salles des Studio, sur le même site que le complexe Davoine (1), constituerait pourtant « une bonne solution ».
Au sein de la majorité municipale, le groupe communiste, par la voix de l’adjoint à la circulation, Pierre Texier, a apporté un appui clair au cinéma associatif et estimé qu’il s’interrogeait « légitimement quand on sait que les grands distributeurs font la pluie et le beau temps en choisissant les exploitants en fonction de la seule rentabilité financière ». Or, comme l’a glissé dans la foulée l’adjoint à l’environnement, François Lafourcade, certains films art et essai à large public, qui assurent une grande partie des recettes des Studio, pourraient devenir difficiles à obtenir avec l’arrivée d’un nouvel exploitant sur Tours : « L’inquiétude manifestée repose sur des arguments. »
« Il ne faut pas que les cinémas commerciaux prennent le pas sur les cinémas associatifs », a plaidé dans la foulée Claude Bourdin. Mais le dernier mot est évidemment revenu au maire, qui reste convaincu que les Studio devraient saisir la proposition qui leur a été formulée par Icade et Davoine. Philippe Perol n’était pas hier soir sur la même longueur d’onde : il a confirmé le dépôt d’un recours contre le probable avis favorable de la CDAC (2) pour la création du multiplexe Davoine et maintient l’idée de développer, avec Ciné Off, un projet alternatif de « pôle de l’image » sur le nord de la ville.

(1) Une proposition faite par le promoteur Icade, en accord avec le groupe Davoine (NR du 18 juin). (2) L’avis de la Commission départementale d’aménagement commercial (CDAC), qui s’est réunie vendredi, n’a pas encore été rendu public.

Johan Guillermin

Voir en ligne : http://solidaires37.org/spip.php++cs_INTERRO++ar...